[Podcast] “J’irai cracher sur vos tombes”, la véritable histoire de Vernon Sullivan

En 1946, un roman au titre scandaleux sorti chez un petit éditeur va faire sensation et devenir par la suite un roman culte. Voici l’histoire d’un incroyable canular raconté en deux parties dans Une histoire particulière sur France Culture.

Boris vian
© Studio Harcourt – wikimedia

Le 21 novembre 1946, sort en librairie un roman au titre scandaleux intitulé J’irai cracher sur vos tombes. Il est l’œuvre d’un auteur américain inconnu au bataillon, un certain Vernon Sullivan. Très vite, la rumeur se répand à Saint-Germain-des-Prés et dans le Tout-Paris. Le livre est publié par les Éditions du Scorpion, un petit éditeur pour lequel travaille un certain Boris Vian.

Passionné de roman noir et notamment ceux publiés par la fameuse Série noire de Gallimard, Boris Vian va écrire en une nuit une sorte de pastiche de roman noir destiné à devenir un best-seller afin de faire connaitre la petite maison d’éditions fraichement créée par Jean d’Halluin.
Agé de 26 ans à ce moment là, Boris Vian n’imagine pas que son canular on va se transformer en un véritable phénomène littéraire qui va secouer le petit monde de l’édition et devenir par la suite un des plus savoureux et moments de l’histoire de notre littérature française.

Hélène Delye et Véronique Samouiloff reviennent sur cette histoire aussi inoubliable que romanesque à travers un passionnant documentaire en deux parties dans lequel la journalistes Hélène Delye remonte aux sources du phénomène, replaçant le livre dans son contexte, présentant tous les protagonistes de l’époque, avec à la clé quelques témoignages et sons d’archives accompagnés de musiques jazz comme les affectionnait tant Boris Vian.

Couverture originale de “J’irai cracher sur vos tombes”
Éditions du Scorpion – 21 novembre 1946

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.