5 + 5 : les disques préférés d’Ultra Romances

Ultra Romances : Sur un fond d’électro, une pop douce ou dansante, subtile et glamour, des textes nostalgiques, romantiques ou ironiques, détachés ou concernés. A l’image de la sélection 5 + 5 d’Agathe Genieys…

Ultra Romances

Ultra Romances a déjà à son actif un album, Été Vertigo, paru en 2020 et a sorti un nouvel EP en mars dernier. L’été qui s’annonce est une bonne occasion de découvrir l’électro-pop romantique de ce duo parisien.

5 albums du moment

Tample – Glory

Un groove addictif, des synthés imparables, une pochette d’album pop et vibrante. Les compositions sont racées, notamment sur Criminal ou Beauty, pendant que darlin m’envoie directement sur le dancefloor. J’aime aussi le fait qu’il y ait deux morceaux dans la langue de Molière et que Welcome To Nirvana achève l’album en mélangeant le français à l’anglais. Un album qui excite.

Alexandre Delano – Ven Ven Ven

Déjà, Alexandre Delano, c’est un écho à JL Murat. Il l’a accompagné sur l’album Babel. Ensuite, Ven Ven Ven est un album intime, délicat, aux arrangements aériens. C’est à la fois folk, champêtre, poétique, électronique. Et puis Alexandre est aussi vidéaste, il n’y a qu’à voir Parasol  tourné au super 8 ou La fleur de l’âge, ce message personnel (par ailleurs, le magnifique morceau de François Hardy qui me retourne) sur lequel on imagine des retrouvailles. Il y a ce truc dans cet album, du clair-obscur.

Requin chagrin – Bye Bye Baby

Fou, Juno, Premières vagues ou Déjà Vu sont des morceaux qui m’ont totalement envoutée. Mon côté romantique s’est fait capturer et je me suis égarée. A la fois dream pop ou coldwave, le casque bien calé sur les oreilles, je n’ai plus qu’à fermer les yeux pour avoir l’impression d’être face à l’Océan, les embruns dans les cheveux, le cœur brûlant, prête à tout.

Parka Valentine – Le son des murs

J’ai été happée par le titre Manchester Underground. Ici, c’est la plage en hiver. L’envie de passer outre-manche pour retrouver l’être aimé. Un album orageux et fiévreux.

Sébastien Tellier – Domesticated

Au départ je me disais, ça sent le bling-bling, c’est pas pour moi cette fois. Et puis je me suis dit qu’il fallait que je réécoute cet album plus attentivement, motivée par un ami qui me disait que l’album était vraiment bien.  J’adorais d’ailleurs Tellier avec Roche ou sa reprise de Christophe, La Dolce Vita, et je dois avouer que lors d’un cours d’esthétique philo à la fac, j’ai fait un exposé sur l’album Sexuality ! Trêve de confidences, j’ai finalement changé d’avis sur cet album. Les chansons électroniques m’ont prise, une à une. Mélodies et refrains sont toujours là pour séduire, c’est autant charnel et sensuel (Oui, Atomic smile, Stuck in a Summer love) que terriblement dansant (Domestics Tasks).

 

5 albums pour toujours

Etienne Daho – Pop Satori

C’est la naissance du phénomène Daho, le paysage de la French Touch, le croisement du rock et de l’électronique. Le duo Tarboust/Daho en 1986 (mon année de naissance) a rendu cet album intemporel avec des synthés et des boites à rythmes outrageusement 80s. La voix blanche de Daho est ensorcelante et l’album regorge de pépites (Duel au soleil, Paris le Flore, Epaule Tatoo, Quelqu’un qui m’ressemble »). Je ne m’en lasse pas. C’est inexplicable comme cet album peut résonner en moi.

JL Murat – Dolorès

Déjà, j’adore la pochette, c’est la promesse d’une mise à nu. Le cœur est peut-être lourd mais la chair faible ? L’ambiance est sensuelle à souhait et automnale. Dés la première chanson, on est assiégé par Fort Alamo. On traverse le sentiment de jalousie avec Le train bleu sur laquelle il imagine l’être aimé sous d’autres mains. Sur Brûle-moi ou A quoi tu rêves, les mélodies se font aériennes. J’aime Murat pour cette faculté qu’il a de me faire lâcher prise et pour son côté poète. Ici, il y adapte un poème de Baudelaire en reprenant Réversibilité. L’amour rôde et c’est très beau.

Niagara – Encore un dernier baiser

Parce que c’est frais, entrainant, que j’aime les sonorités 80s, et que les riffs sont énergiques. Parce que le groupe peut sembler insouciant alors qu’il peut chanter des chansons grave, comme avec J’ai vu sur un autre album. Cet album-là me donne tout simplement la pêche, envie de m’amuser, de me trémousser et je le mets tout le temps en soirée. Ça marche à tous les coups.

R.Missing – Unsummering

Une cold wave sensuelle, planante, qui fait écho à The Chromatics. La voix et les synthés sont enveloppants (Deeper Holes) ou hypnotiques (Kelly was a Philistine).

The best of Bryan Ferry & Roxy Music – More Than This

Parce que Bryan Ferry c’est quand même la classe ! Un dandy glam rockeur à la voix de velours et que ce best of réuni donc les tubes de Bryan Ferry (Slave to love) et de Roxy Music le groupe qu’il a formé avec les titres More than this, Avalon, Same old scene, etc. Ça transcende, ça électrise et je ne suis pas insensible à ce charme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.