Leather Teeth : Carpenter Brut et l’esprit du Hard Rock

Après une poignée de Ep et un album Live, Carpenter Brut  signe enfin son premier album. Derrière les références évidentes, Leather Teeth est une nouvelle fois la confirmation que la recette Electro + Hard Rock 80’s fonctionne à merveille.

CARPENTER BRUT

Les précédentes réalisations de Carpenter Brut (projet de Franck Hueso) m’avaient déjà mises le cul, mais ce véritable premier album (puisque Trilogy regroupait uniquement ses 3 premiers EPs) vient confirmer tout le talent de ce groupe qui mélange electro sous amphétamines – tendance Ed Banger Rec. (Justice et compagnie) – et Hard Rock des années 80 avec, cette fois encore, un son énorme ! Sur le papier, tout ça peut faire un peu peur, mais sur album c’est de la bombe !

Leather Teeth : Carpenter BrutAprès des tournés aux quatre coins du monde et un buzz qui n’a cessés d’enfler au fil de ces dernières années, Carpenter Brut fait donc son retour avec cet album présenté comme la bande originale d’un film imaginaire et qui serait la première partie d’une nouvelle trilogie.
Leather Teeth raconte l’histoire d’un adolescent timide qui, pour sortir avec la plus belle fille du lycée, décide de chanter dans un groupe de glam-rock intitulé Leather Patrol. Un thème qui évoque tout de suite certains films pour ados des années 80. Ça tombe bien car on est à fond dans l’imagerie 80’s chez Carpenter Brut, et plus précisément celle du Hard rock à bouclette et moule-burnes cher à Van Halen, Motley Crue en passant par Accept ou Judas Priest (pour ne citer que quelques fleurons de l’époque), boosté par une production très actuelle, ajoutant à la recette des sonorités électroniques puissantes et incisives. Un mélange que l’on qualifie de synthwave, vaporwave ou retrowave qui renvoie à une esthétique  très codifiée liée à l’imagerie des années 80 avec toutes les références que l’on peut y associer.

Dans le genre, Carpenter Brut fait partie du haut du panier, avec ici des compositions plus pop et moins sombres que par le passé, mais toujours aussi efficaces, aux sonorités Hard FM, baignées de lyrisme pompier et de nostalgie, assez jouissives, avec solos de guitares hurlantes, synthés 80’s, son de batterie et gimmicks garantis d’époque !
Evidemment ce genre de production pourrait en effrayer plus d’un avec la peur de plonger dans le mauvais goût et le kitch total, mais Carpenter Brut évite cet écueil en proposant une recette qui commence à être connue mais qui touche ici au sublime.

Sans promo, Carpenter Brut poursuit son aventure avec brio, accompagné ici de Khvost pour les parties chantées, dans un album bourré de tubes et qui constituera une bonne grosse madeleine de Proust pour certains et un plaisir régressif totalement assumé pour les autres.

Benoit RICHARD

Carpenter Brut – Leather Teeth
Label !  No Quarter / Universal Music
Date de sortie : 23 février 2018

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des