DIIV – Deceiver : l’album d’un groupe convalescent

Qui aurait misé un kopeck sur DIIV, prince de la dream pop? Sans doute pas grand monde car le groupe avait quand même bien disjoncté. Autopsie de leur troisième album, le bien nommé Deceiver.

diiv
crédit : Coley Brown

Plus prompt à s’afficher dans la rubrique « Faits Divers », le leader Zachary Cole Smith avait inquiété bon nombre de fans quant à sa capacité à continuer de jouer et composer, tant son état devenait préoccupant. Le succès de leur second album, l’excellent Is the Is Are, qui décrivait sa descente en enfer, voyait le groupe congédier le batteur et le bassiste pour déclarations politiquement incorrectes et usage de poudre. Depuis, Zachary a enchaîné les cures de désintoxication et en a profité pour composer de nouvelles chansons.

A l’écoute, Deceiver se profile telle une catharsis. Zachary C.S. y affiche une rédemption à travers des titres sous hautes influences soniques. Diiv sonne comme un My Bloody Valentine allégé, voire un Sonic Youth en moins rêche. Sans doute, ces références ont servi de bouées alors que le chanteur était en reconstruction, la majorité des textes traitent par ailleurs de ce sujet.

Le shoegazing, leur marque de fabrique, présente dorénavant moins de passages en suspension, à l’inverse des albums précédents. La formation new yorkaise y a perdu ce petit truc qui vous touchait, entre naïveté et complexité.

Si les guitares s’avèrent moins acrobatiques qu’auparavant et usent de distorsions typiques du début 90’s, l’écriture reste virevoltante, notamment sur Horsehead et Like Before You Were Born. DIIV a fait appel au producteur Sonny Diperri, croisé avec La Femme ou The Drums pour les aider à gérer le magma créatif. Le son est plus conventionnel et compact et la voix est sous mixée comme il se doit. The Spark et Blankenship renouent avec la finesse et les effets kaléidoscopes d’antan, preuve que tout n’est pas encore perdu.

Deceiver s’annonce comme un album de convalescents, peut être le passage obligatoire pour renouer avec une originalité qui leur fait cruellement défaut.

Mathieu Marmillot

DIIV – Deceiver
Label : Captured Tracks
Sortie : 4 octobre 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des