Les meilleures séries de la décennie 2010-2019

Les critiques “séries” font leur bilan pour la décennie écoulée qui fut encore fantastique en termes d’émotions et de chocs visuels. Tchernobyl, bien sûr, mais aussi The Handmaid’s Tale, Better Call Saul, Le Bureau des Légendes, Boardwalk Empire

top series 2010-2019

Il y a un peu moins d’un an, il aurait été sans doute bien difficile de désigner la meilleure série de la décennie écoulée. Et puis, au mois de mai dernier, HBO a diffusé la mini série Tchernobyl.

Après cinq épisodes d’une intensité folle, il était évident pour tout le monde que cette série allait marquer l’histoire de la fiction découpée en épisodes. Est-ce parce que les rédacteurs ont tous en tête le souvenir de cette catastrophe majeure du 20e siècle alors qu’ils étaient jeunes ? Une chose est sûre, revivre le drame de cette centrale nucléaire soviétique par le biais de l’écran de télévision comme si on y était, a constitué un choc sériel pour tout le monde.

Chernobyl (2019 – Mini-série sur HBO / OCS)

chernobyl

Regarder Chernobyl, c’est affronter l’irregardable, l’horreur absolue. C’est penser à l’impensable, la fin de tout, incompréhensible, littéralement inconcevable. Comme naguère avec The Wire, quand David Simon nous disait ce que c’était qu’être noir et pauvre à Baltimore, la série TV contemporaine prouve avec Chernobyl qu’elle est bel et bien l’honneur du… Cinéma du XXIe siècle.

The Handmaid’s Tale (depuis 2017 – 3 saisons sur OCS)

The Handmaid's Tale

The Handmaid’s Tale fait parfaitement écho aux angoisses les plus torturantes de notre pauvre époque : la montée du fondamentalisme religieux, le fascisme inhérent à la société américaine, l’explosion exponentielle des effets de la destruction de notre environnement, la fragilité de la démocratie et des récentes victoires de l’égalité des sexes… tout y est, et brillamment combiné en un cocktail à la fois enivrant et dévastateur.

Better Call Saul (depuis 2015 – 4 saisons sur Netflix)

better call saul

Comment survivre après Breaking Bad ? Une question à laquelle ont brillamment répondu les showrunners Vince Gilligan et Peter Gould avec ce spin-off dans lequel ils ont réussi a redonner une seconde vie au personnage de Saul Goodman. Mais encore fallait-il construire un scénario solide autour de cet avocat véreux mais terriblement touchant. Le pari est plus que réussi avec cette étrange histoire de famille où les personnages de Breaking Bad réapparaissaient comme des fantômes. Et ce qui n’aurait po être qu’une parenthèse d’une saison s’est transformé en une véritable série qui a su, au fil du temps, se démarquer de son modèle.

Mindhunter (depuis 2017 – 2 saisons sur Netflix)

Mindhunter

Avec sa sécheresse quasi-documentaire, son refus du cliffhanger fébrile et d’une dramaturgie Feuilletonnante, Mindhunter et sa seconde saison continuent de privilégier la lenteur pour installer la scène. Point d’hémoglobine, de frissons un peu vains ou d’images macabres. Tout l’enjeu de cette série se joue dans cette exploration de la psyché perturbée de ce que l’on n’appelle pas encore des tueurs en série pour expérimenter et créer des protocoles de profilage. L’écriture est à la fois réaliste et portée par un souffle romanesque. Avec un regard clinique sec et froid, Mindhunter n’est jamais vraiment une intrigue policière mais plus une étude sociologique et historique d’un milieu disparu.

Le Bureau des Légendes (depuis 2015 – 4 saisons sur Canal+)

Le Bureau des Légendes

C’est LA meilleure série française de ces 10 dernières années ! Le bureau des légendes nous fait entrer au cœur des services secrets français et nous emmène dans divers conflits à travers le Monde. Une série d’espionnage parfaitement conduite par Eric Rochant à la fois sombre, intense et riche en émotions qui a su capter l’air du temps notamment dans sa manière de raconter le terrorisme actuel. Mathieu Kassovitz y tient un de ses meilleurs rôles, Jean-Pierre Darroussin y est surprenant  et la jeune actrice Sara Giraudeau y est épatante. Vite la suite !

Boardwalk Empire (2010-2014, 5 saisons sur HBO / OCS)

Boardwalk-Empire

Cette série porte la  voix de l’Amérique de la prohibition, des origines des entreprises mafieuses jusqu’à leur déclin quelque part après les premières crises boursières. Boardwalk Empire est une de ces séries “fresque” comme Mad Men. Et comme toute bonne série fresque des années 2010, elle tient essentiellement par sa peinture d’atmosphère doublée d’un casting impressionnant. Pointons Steve Buscemi, pareil à lui-même en politicien véreux qui fait prospérer ses “petites affaires” en marge des lois anti alcool et sur le ponton d’Atlantic City (la ville du jeu) des années folles, Michaël K Williams, Michael Pitt, Michael Stuhlbarg ou Bobby Cannavale tous éminemment scorcesiens. Dans cette fresque où le fil rouge est Buscemi sont abordés les débuts de la mafia de Capone, le PTSA des gueules cassées de retour au pays, les avancées de la médecine, les liens entre pouvoir et mafia, les débuts du FBI… Avec un souci du détail et des costumes impressionnant mais qui, sur la longueur, a parfois tendance à nuire à la vivacité du scénario.

Looking (2014-2015 –  2 saisons sur HBO)

looking

Après le succès critique de Week-end, Andrew Haigh s’en est allé aux États-Unis produire, écrire et mettre en scène cette série HBO créée par Michael Lannan. Soit la vie, les amours et les emmerdes de trois amis à San Francisco entre galères de boulot, tumulte des sentiments et envie de se sentir bien. L’exigence qui faisait la réussite de Week-end se retrouve évidemment dans Looking, dans cette finesse des dialogues et de la mise en scène et dans la justesse d’une interprétation royale.

The Haunting of Hill House (depuis 2018 – 1 saison sur Netflix)

The Haunting of Hill House photo

Que Netflix ait pu produire The Hauting, soit l’une des plus belles choses que la Série TV moderne nous ait offert au cours de la décennie, est sans nul doute un sujet d’émerveillement… même si, bien entendu, c’est l’ambition et le talent de Mike Flanagan, scénariste et réalisateur des 10 épisodes, qu’il faut célébrer.  Mais sa plus grande qualité, c’est que cette maison hantée est avant tout une auberge espagnole où chacun trouvera ce qu’il y aura apporté : entre une histoire de fantômes et un grand mélodrame familial, il y a suffisamment d’espace pour que chacun de nous puisse y loger.

The Leftovers (2014-2017 – 3 saisons sur HBO)

THE LEFTOVERS

La série ultime, celle qui ose tout, celle qui vous dévaste. Damien Lindelof, qui brille cette année avec ses Watchmen hors-normes, a prouvé en trois saisons hypnotiques qu’il pouvait être considéré comme l’égal de David Lynch. Sur un postulat fantastique déjà vu (des personnes disparaissent le même jour de manière mystérieuse, et l’on suit le parcours de “ceux qui restent” entre deuil et désir de comprendre), se construit sous nos yeux éberlués une oeuvre dantesque, qui interroge nos propres idéaux, doutes, et même notre condition humaine. A la limite de l’abscons pour certains, ceux qui ont su aller au-delà de la première impression que procure la série, ne s’en sont jamais vraiment remis. The Leftovers vole très haut, très loin, très beau. Inoubliable.

Peaky Blinders (depuis 2013, 5 saisons sur Arte et Netflix)

Peaky Blinders

Une des rares séries de cette décennie à rappeler ce qu’a pu être “l’âge d’or” sériel des années 00. Une fresque historique puissante, mais aussi une fresque familiale fascinante, complexe, brillante. Sur cinq saisons, Peaky Blinders réussit le tour de force de garder une atmosphère ample et prenante sans jamais faiblir, armée d’un scénario riche et ouvert à tous les possibles. Il en résulte une saga vibrante, violente, et redoutablement efficace dans sa peinture d’une Angleterre ouvrière de l’entre-deux-guerres, où les hommes demeuraient à la frontière entre l’humain doué de sensibilité et l’être bestial. Pour achever le tout, la série anglaise multi-récompensée et adoubée par de nombreux fans ose tout le temps cet anachronisme musical génial et qui rend l’oeuvre incroyablement moderne et rock, car entendre Nick Cave, Jack White ou PJ Harvey au milieu de décors industriels des années 30, demeure l’une des expériences audio-visuelles les plus classes de ces dernières années.

 Les TOP séries de la décennie 2010-2019 de chaque rédacteur :

Benoit Richard

Chernobyl
Fargo
True Detective
The Americans
Boardwalk Empire
Le Bureau des Légendes
Narcos
Better Call Saul
Homeland
Making a Murderer

Eric Debarnot

Chernobyl
The Haunting of Hill House
The Handmaid’s Tale
The Crown
Better Call Saul
Le Bureau des Légendes
Transparent
Top of the Lake
Broen / Bron
Sherlock

Jeff Lahorgue

01. The Leftovers
02. Years and Years
03. This is us
04. Orange is the new Black
05. The Killing
06. Fleabag
07. The Handmaid’s Tale
08. Chernobyl
09. Sense8
10. Beaky Blinders

Michael Pigé

01. Looking
02. Veep
03. Mindhunter
04. Chernobyl
05. Sharp objects
06. Le bureau des légendes
07. Animal kingdom
08. Peaky blinders
09. Shameless (US)
10. How to make it in America

Greg Bod

01. Twin Peaks / Chernobyl
02. Mindhunter
03. Le Bureau des Légendes
04. The Killing (Us)
05. Treme
06. The Americans
07. Top of the Lake
08. Peaky Blinders
09. Vietnam
10. The Night Of

Denis Verloes

01. Chernobyl
02. Vikings
03. Game of Thrones
04. Black Mirror
05. Gomorra
06. Treme
07. The Newsroom
08. Boardwalk Empire
09. Euphoria
10. Platane