5+5 = les disques préférés de Buvette

Buvette revient en ce début 2020 avec 4EVER, un album aux influences très diverses, à l’image de son 5+5, extrêmement varié, entre pop, classiques rock et musiques électroniques pointues.

Buvette - Charles Negre
Buvette © Charles Negre

Quatre ans après elasticity, Buvette (Cédric Streuli) est de retour chez Pan European Recording avec 4EVER, un album plein d’influences et de sonorités venues de la fin du siècle dernier (new wave, space rock, shoegaze, breakbeat, House…). Un album tout sauf balisé dans lequel chaque titre ou presque prend le contre-pied du précédent.
On a profité de cette sortie pour demander à Cédric de nous parler de quelques un de ses albums favoris du moment et de toujours.

5 disques du moment :

Wolf Müller & Niklas Wandt « Instrumentalmusik von der Mitte der World »

Un véritable exercice de polyrythmie qui mélange boîtes à rythmes et percussions de toutes provenances, dans le seul but de transmettre une énergie qui fonctionnera bien sur le dancefloor.

Charlotte Adigéry « Zandoli »

Un super EP qui passe par plein de phases. J’aime la sincérité de cette artiste. Il y a un côté assez simple, parfois juste basé sur la phonétique, sur les harmonies de voix qui me plaît beaucoup.

The Chap « Digital Technology »

Cet album est sorti la jour de mon anniversaire et la première fois que je l’ai entendu c’était pour rentrer d’une after après un concert quelques jours plus tard. Je me suis retrouvé à prendre le petit déjeuner dans un hôtel avant d’aller me coucher. J’étais seul avec une femme d’affaire qui buvait son café et l’humour de The Chap fonctionnait parfaitement avec ce moment.

Tryphème « Aluminia »

Le dernier EP de Tryphème, qui est toujours aussi intéressant que le reste de sa musique. Sorti sur le label anglais Central Processing Unit, c’est une oscillation émotionnelle intime, où les murmures côtoient synthétiseurs et des parties rythmiques très très bien calibrées. Écoutez aussi le reste de son travail.

DJ NiggaFox « Cartas Na Manga »

Ce nouvel album de Dj NiggaFox est une pure merveille. Le producteur portugais envoie le kuduro dans une nouvelle dimension. Ses beats deviennent presque extra-terrestres. Ils illustrent parfaitement l’époque transversale et globale que nous vivons.

5 disques pour toujours :

PJ Harvey – « Let Engand Shake »

J’aime beaucoup PJ, mais cet album là est à part. Je l’ai beaucoup écouté à sa sortie. La production est géniale. Le mix des guitares sans attaque, la petite harpe. Elle parle de l’Angleterre de hier, d’aujourd’hui (en 2011) et de demain. On est dans le croisement des époques.

Laurie Anderson « Big Science »

Une vraie volonté d’expérimentation poétique avec un pied dans électronique, l’autre dans la pop. On se retrouve emporté dans une vision futuriste qui n’a jamais été démodée. Les saxophones côtoient les synthés et l’occasionnel traitement de cette voix est plutôt avant-gardiste, sachant qu’aujourd’hui on ne chante presque plus sans avoir recours à des artifices.

Jimi Hendrix « Electric Ladyland »

L’exploration de la stéréo et de l’électricité de cet album ont marqué à jamais mon adolescence, voire ma pré-adolescence. Il contient tous les modèles de morceaux, toutes les intentions dont Hendrix est capable. C’est un disque de chevet éternel. J’aurais pu mettre le premier album de Love, mais Electric Ladyland reste plus puissant.

Aphex Twin « Selected Ambient Works 85-92 »

Le premier album d’Aphex Twin, que possédait un ami m’a beaucoup marqué. Venant du rock, je ne comprenais pas comment cette musique avait été faite. Il y avait ce côté glacial des beats mais je retrouvais toujours cette nappe réconfortante, comme un.e ami.e qui posait sa main sur mon épaule et me rassurait avec un petit sourire en coin.

The 13th Floor Elevator « The Psychedelic Sound Of The 13th Floor Elevator »

Voilà ce qu’on peut considérer comme un manifeste, pas loin de celui de Electric Ladyland, sauf que là c’est le premier album d’un groupe radical, qui n’a jamais vécu pour autre chose que l’exploration psychédelique et l’énergie brute, dans le Texas des années soixante, où la simple possession d’un joint pouvait mener en prison. C’est un vrai chemin de vie.

février 2020

Buvette – 4EVER
Pan European Recording – 31 janvier 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.