5 + 5 = Les disques préférés de Mathieu Boogaerts

On profite de la sortie de l’album (en anglais)  pour demander à Mathieu Boogaerts de nous dire quelques mots sur des disques qui lui tiennent particulièrement à cœur sortis récemment ou il y a bien longtemps…

Mathieu Boogaerts
© Noemie Reijnen

Mathieu Boogaerts est parti vivre en Angleterre quelques années. De ce séjour il a ramené des chansons en anglais (comme son titre l’indique). Avant ça, il a sorti une dizaine d’albums, imprimant au fil des années un style inimitable, une façon de chanter et de composer unique, qui a donné de petits chefs-d’œuvre tels que Michel (2005), I Love You (2008), Mathieu Boogaerts (2012) ou promeneur (2016).

5 disques du moment :

Alabaster Deplume – Is it enough

Lui je l’adore, habité, et quel subtil mélange de “chanson” et “d’instrumental”

Pino Paladino / Blake Mills – Just wrong

Ça parait simple, mais que c’est sophistiqué, gracieux !

Muramasa – Love$icck

Mais qui est-ce ? le chanteur ? La chanteuse ? Quelle liberté dans le son, les textures, la structure, joie !

Billie Eilish – Bad guy

Je fais parti des millions (milliards ?) d’auditeurs (rien à foutre), touché en plein cœur par son charisme, sa liberté, sa modernité (à son âge j’était bien loin de ça).

Bastien Lallemand – Berceuse

Il n’y en a pas beaucoup des bons comme ça par ici

5 disques pour toujours :

Bob Marley – Natty dread

Vous avez dit frisson ? Larmes ? Bonheur ?

James Browan – Say it Loud,04 I’m Black and Proud

Au cas où vous n’auriez pas compris que c’est le Godfather…

Joao Gilberto – Chega de saudade

Je décolle lentement, me voilà dans les airs, je suis si bien

The Beatles – I Saw Her Standing There

Là j’ai choisi au hasard parmi les 100 autres chansons

Dick Annegarn – De bémols et de dieses

Lui je veux l’appeler Tonton, ou Parrain, ou Maitre.

Mathieu Boogaerts – (en anglais)
tôt ou tard – 26 février 2021