5 + 5 = les disques préférés de Emilie Zoé

La chanteuse et guitariste suisse Émilie Zoé a sorti Hello Future Me, un  3e album solo très réussi. On a profité de l’occasion pour lui demander d’évoquer quelques uns de ses albums favoris.

emilie-zoe
© Léa Martinez

Petits trésors cachés de la scène rock helvète depuis 2015, les albums d’Émilie Zoé ne font pas beaucoup de bruit dans la sphère indie rock mais en tout cas nous régalent à chaque nouvelle sortie. Hello Future Me paru en février 2022 ne fera pas exception à la règle avec une poignée de très bonnes chansons rock plus apaisées que ce qu’elle nous avait offert par le passé.

5 disques du moment :

 Lhasa de Sela – The Living Road (Tôt ou Tard, 2003)

Mes parents l’écoutaient beaucoup quand il est sorti. Je me rappelle qu’il avait sur moi un effet si puissant que j’avais carrément peur de certains morceaux à l’époque. Je l’ai réécouté quelques années plus tard et je l’ai aimé de bout en bout. Depuis, je l’écoute par phase, par période. En ce moment, c’est un disque que j’écoute beaucoup. Lhasa, sa voix, ce qu’elle laisse, où elle va, ça me touche, là.

Big Thief – Masterpiece (Saddle Creek Records, 2016)

C’est un disque qui m’a pris plusieurs écoutes à aimer. Au fil des écoutes, certains morceaux me restaient en tête, dont “Masterpiece”, puis “Paul” pour ses paroles, et enfin j’ai bloqué sur “Parallels”… je l’ai écouté en boucle, en boucle, en boucle. La composition me fait vibrer, les paroles me font des câlins, et la fin… la fin!! Je m’envole et je pleure en répétant “I see all the parallels, I see all the parallels”.

Billie Eilish – When We All Fall Asleep, Where Do We Go? (Darkroom/Interscope, 2019)

La proximité de la voix, son traitement, les backings trop bons, le minimalisme, la production. Le fait que ce soit enregistré dans une chambre, à deux. “all the good girls go to hell”, “when the party’s over”, et mon coup de coeur “ilomilo”.

Lo Tom – Lo Tom (Barsuk Records, 2017)

Un groupe à guitares dont fait partie David Bazan, qui a une manière d’écrire les mélodies tellement à lui, tellement reconnaissable, et que j’aime à chaque fois… Il fait clairement partie de mes auteurs-compositeurs préférés. J’ai découvert ce disque il y a pas longtemps et j’aime l’écouter au casque et assez fort; les sons de guitare qui enveloppent, c’est délicieux. Allez aussi écouter/découvrir “Strange Negotiations” de David Bazan.

Tommigun – Wooden Son (9000 Records, 2016)

Un groupe belge peu connu, je ne sais pas comment j’ai découvert. Difficile à dire pourquoi, mais j’ai aimé du premier coup, et j’écoute ce disque souvent ces temps. Je crois juste que les compositions me font vibrer au bon endroit, il y a aussi très souvent des choeurs et j’adore ça. J’ai l’impression que c’est une musique qui vient de loin, un peu de là d’où je viens.

5 disques de toujours :

Two Gallants – What The Toll Tells  (Saddle Creek Records, 2006)

C’est le disque que j’ai écouté le plus sur la durée dans ma vie. Je l’ai découvert à sa sortie chez un disquaire, j’avais 15 ans, et il ne m’a plus quitté depuis. J’y ai découvert mon amour des duos, des histoires racontées en musique, la fraicheur des enregistrements dont la base est vraiment live, le jeu si spécial de batterie, la manière de chanter pas si juste qui me bouleverse, le potentiel de la largeur des sons d’une guitare électrique au fil des albums… j’ai aussi beaucoup beaucoup écouté les deux suivants, “Two Gallants” et “The Bloom and the Blight”.

Girls in Hawaii – Plan Your Escape + From here to There (62 TV Records / Naïve, 2003)

J’essayais de dire un seul album, mais pour moi c’est ce bloc de deux albums qui a construit mon rapport aux mélodies, aux harmonies, à la composition. J’aimerais en parler plus, mais y aurait trop à dire. C’est aussi des morceaux qui m’accompagnent depuis tellement longtemps, et que j’écoute toujours. J’ai un souvenir lumineux d’un concert que j’ai vu d’eux en 2008. Cette version de “Flavors”…!

The Desoto Caucus – Offramp Rodeo (Glitterhouse Records, 2013)

J’adore la production de ce disque, je ne m’en lasse pas. C’est un disque que j’écoute pour me rassurer, qui me calme, comme ton plat préféré bien préparé. Les sons caressent et bercent, la voix posée est incroyable. Je les ai vus en live dans un petit café, et ça sonnait pareil!! Quelque chose d’américain mais fait par des Danois. Génial.

Kassette – Far (Vitesse Records, 2013)

Un disque d’une Suissesse que j’adore et avec qui je fais plein de projets. Mention spéciale à la production, signée Christian Garcia-Gaucher, que j’ai ensuite approché pour produire “The Very Start” et avec qui j’ai co-écrit “Pigeons”. J’adore les compositions sur ce disque, et les personnes qui jouent dessus. Je voyage quand j’écoute, dans des endroits grands, puissants, et qui font du bien.

LOUIS JUCKER – EIGHT ORPHAN SONGS (Hummus Records, 2013)

Peut-être que Louis Jucker est mon âme soeur musicale (enfin, une de mes âmes soeurs, parce que je crois qu’on en a plusieurs). La première fois que je l’ai entendu ça m’a bouleversé. Et toutes les fois d’après. Il bricole des instruments, il bricole du son, il bricole des chansons, qui m’émeuvent toujours. J’ai la chance de travailler avec lui depuis 2014; il a produit “Dead-End Tape” et on a tourné ensemble avec un projet qui s’appelle AUTISTI. C’est à lui que j’ai fait appel pour co-réaliser “Hello Future Me” avec moi. C’est une personne inventive, un peu folle, et surtout géniale. Allez découvrir sa discographie aussi publiée sur Hummus Records, c’est foisonnant, c’est auto-produit, c’est magnifique.

Emilie Zoé – Hello Future Me : vers un rock plus apaisé