Buzz, de Frank Rose

Quand on ouvre le livre documentaire de Frank Rose, « Buzz » (« The Art of Immersion » en VO), nouveau cru des éditions Sonatine, on ne se doute pas du voyage pour lequel on embarque. On ne se doute pas que ce que l’on va découvrir se situe si subtilement à la frontière entre […]

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Quand on ouvre le livre documentaire de Frank Rose, « Buzz » (« The Art of Immersion » en VO), nouveau cru des éditions Sonatine, on ne se doute pas du voyage pour lequel on embarque. On ne se doute pas que ce que l’on va découvrir se situe si subtilement à la frontière entre réalité et fiction, voire science-fiction. On ne se doute pas du niveau de puissance d’Internet et des réseaux sociaux comme outils de promotion et de partage ni de leurs ramifications en espaces infinis. On ne réalise pas à quel point le monde du divertissement est fait de multivers, de narrations tentaculaires, d’expériences immersives, interactives et partagées. James Cameron, cet « enfant » inspiré comme des millions d’autres par la saga Star Wars, a bien dit à propos d’Avatar : « ce n’est pas un film, c’est un monde ». Et le créateur du jeu de réalité alternée The Beast (initialement crée dans le but de promouvoir le film AI), Elan Lee, n’a pas non plus tort lorsqu’il déclare publiquement que ce « n’est pas un jeu », voulant alors créer une expérience visant selon lui « à transformer nos vies en espace de divertissement ».

Dans « Buzz », Frank Rose, célèbre journaliste et anthropologue des sociétés digitales, dresse un portrait presque parfait de l’univers du divertissement à l’heure de la révolution numérique.
On comprend par exemple comment Internet – ses nombreux outils, de Facebook à Youtube, en passant par Twitter – a réinventé la nature même du marketing et permis au public de s’évader autrement en le faisant participer aux histoires et en lui permettant de se les approprier. L’auteur dévoile les mystères et techniques transmedia storytelling des séries TV dont Lost, des films dont The Dark Knight Rises, des digi-romans dont Level 26 et des jeux vidéo. En quelques décennies on est passé Des Livres dont vous êtes le héros aux « cinéma et jeux vidéo dont vous êtes les héros » avec une nouvelle façon révolutionnaire de raconter les histoires.

Frank Rose lève ainsi le voile sur les nouvelles politiques marketing des meilleurs groupes de communication et nous éclaire sur le rôle actif du public dans l’évolution, la promotion, et parfois même le sauvetage d’un projet ou d’un produit.

L’auteur accompagne le lecteur dans les coulisses de ces fabriques à rêves et évasions, ces cerveaux qui ont le pouvoir fascinant (et terrifiant) de créer des univers entiers et d’y immerger les foules.
L’étude de Frank Rose nous plonge dans la construction de ces univers : DisneyWorld « l’endroit le plus heureux du monde », Star Wars, Myst cette « sorte de boite de puzzle à l’intérieur d’un roman à l’intérieur d’une peinture, avec de la musique en plus », Les Sims et leur monde ouvert, la Kinect cette manette humaine, GTA qui permet aux joueurs d’incarner un malfrat qui peut (presque) tout faire, Fables et ses personnages avec palettes d’émotions. On découvre également l’histoire de l’hyper-texte, de la réalité augmentée, des neurones miroirs, du mix média…

Mais c’est sans doute les nombreux exemples sur l’univers multiple (plutôt le multivers) du jeu vidéo qui devraient le plus sidérer les lecteurs. En effet, certains chapitres se lisent comme de la science-fiction pure, alors que ça n’en est pas.

On découvre à la lumière des neurosciences, le puissant pouvoir d’addiction des jeux vidéo, la création de personnages virtuels avec des pensées et des émotions proches des nôtres, mais également les études sur l’intelligence artificielle et le désir de développement des humanoïdes.

Imaginez un endroit qui rassemble les meilleurs chercheurs en intelligence artificielle, les meilleurs infographistes et les plus grands créatifs d’Hollywood et du jeu vidéo, le tout financé par le Pentagone…Imaginez, si vous le pouvez, ce qu’il peut en ressortir et dites-vous bien que cet endroit existe !

Frank Rose, également auteur d’un célèbre article sur Philip K. Dick, conclura son livre « Buzz » en hommage à ce dernier qui se demandait très justement « qu’est-ce que le réel ? », à l’image d’un Truman Burbank emprisonné malgré lui dans un monde figé.

En refermant ce livre, on se sent tout petit, presque minuscule, pris dans un monde qui nous dépasse, spectateur et parfois acteur d’une réalité qui n’est plus celle d’hier, mais pas encore celle de demain, une réalité que les générations futures vont apprendre à maîtriser parfaitement. Et alors on se demande un peu pris de panique jusqu’où peut aller l’immersion et la confusion entre fiction et réalité ? Jusqu’où peut aller la création culturelle ? Quelle est l’ultime étape ?

L’Holodeck de Star Trek du XXIVème siècle, cette salle qui peut récréer des univers virtuels à volonté telle une boîte magique est considérée par les spécialistes comme le Saint Graal du divertissement, l’expérience définitive de la récréation immersive. Imaginez-vous incarner votre héros préféré à une époque révolue. Entrez et devenez Superman sur Krypton, le Roi Toutankhamon en Egypte ou un Samouraï dans la Japon féodal. Discutez avec Galilée, dinez avec Audrey Hepburn, prenez une leçon d’échec avec Kasparov. Un monde de tous les possibles…
Nos enfants assisteront très certainement à un « véritable » concert des Beatles lorsque Bercy deviendra un Holodeck géant, à l’instar des spectateurs médusés du festival Coachella qui ont applaudi en 2012 un Tupac en hologramme revenu d’entre les morts.

Il n’est pas nécessaire d’être un geek, un otaku ou un serial gamer pour apprécier et s’immerger dans l’œuvre de Frank Rose. Il suffit d’aimer le cinéma, la littérature, le jeu, l’imaginaire et d’avoir envie de comprendre les nouveaux mondes qui nous entourent.
Ce livre fait sans doute peur et rêver à la fois, mais quoi que vous lisiez, vous serez subjugué et vous réaliserez à quel point l’intelligence de l’homme demeure sans limites…

« Je ne me méfie pas de leur motivation, je me méfie de leur pouvoir. Ils en ont beaucoup. Et c’est un pouvoir surprenant : celui de créer des univers entiers, des univers de la pensée. »
Philipe K. Dick.

Sabine Sursock

Titre : Buzz de Frank Rose
Broché: 346 pages
Editeur : Sonatine (8 novembre 2012)
Langue : Français
ISBN-10: 2355841209

Plus+
Le site de l’éditeur
Art of immersion

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

L'Auteur:

Sabine Sursock
Sabine Sursock | Twitter | Mon site web | Facebook

Lit blogger, writing, entrepreneur, series addict..and more

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

✎ POSTER UN COMMENTAIRE

Votre e-mail n'est jamais ni publié ni partagé. Les champs obligatoire sont marqués par une *

*
*

TWITTER

B tweets

FACEBOOK

AILLEURS

RSS articles