Encore 10 albums chantés en français à retenir pour 2016

La chanson, le rock et la pop qui chantent en français nous ont encore régalés en 2016. Retour sur quelques fameux disques de l’année écoulée.

chanson française
© chanson française dégénérée

Il y a ceux que l’on a chroniqués tout au long  de l’année et il y a ceux que l’on a aimés tout autant mais pour lesquels on a rien dit. Petite session de rattrapage comme l’an passé avec une sélection d’albums et d’artistes français dont les texte et les musiques nous ont comblés en 2016.

Cvantez – Lozère

Cvantez - Lozère cover album

Cvantez c’est une chanson de Spoon… OK… mais c’est également un trio parisien beaucoup trop discret. Retour aux affaires donc avec un troisième album tout en finesse et dentelles noisy-rock. Les guitares s’enchevêtrent et enrobent la voix douce de Cyrielle Martin. Beaucoup de jolies trouvailles comme cette alliance cithare/guitare sur le morceau d’ouverture (l’éponyme Lozère), textes poétiques taillés à la serpe, mélodies imparables. De l’art de passer inaperçu. Allez Cvantez… sors des bois et montre toi ! (614092 Records DK) bandcamp

Gontard! – Mausolée Tape Jean-Luc Le Ténia

Mausolée Tape Jean​-​Luc Le Ténia

Gontard! qui reprend du Jean-Luc Le Ténia c’est un peu comme un satellite en orbite lointain qui relierait aux hommes le message sans illusions d’une station spatiale définitivement perdue grâce à un alignement rare et parfait… dernière transmission avant silence définitif. C’est très beau, émouvant, barré à souhait. Il y a aussi quelque chose de Hamlet contemplant le crâne poli de Yorick ! Devoir de mémoire. (la Souterraine) bandcamp

Bertrand Bestch – La Vie Apprivoisée

bertand betsch la vie apprivoisee

Bertrand Bestch revient ici à son meilleur avec une qualité qui manquait peut-être à ses dernières livraisons, un certain sens de la concision. Souvent bouleversant, l’auteur de « La Soupe à la grimace » s’affirme encore comme un styliste à mi-chemin entre Sheller, Souchon et la pop anglaise. Quelque chose qui ressemblerait à un regard lucide posé sur soi et les autres. (les imprudences) bandcamp

Alex Beaupain – Loin

Alex Beaupain – Loin

Alex Beaupain a choisi de ne pas choisir entre variété et volonté Pop. Il n’a que faire des querelles de clocher ou de ce qui relève du bon et du mauvais goût. C’est sans doute ce qui le rend encore plus attachant dans cet univers sans calcul et si sincère. Avec Albin De La Simone, il reste l’un des plus fiers représentants d’un certain classicisme respectueux d’un patrimoine. (Capitol) spotify

Miossec – Mammifères

Miossec – Mammifères

Miossec, on l’avait un peu perdu de vue depuis quelque temps. Sans doute regrettait-on le minimalisme rêche des débuts avec cette voix toujours sur le point de se noyer dans un verre de bière. Avec Ici-bas, ici même ou encore avec ce nouvel album, il nous faudra réviser notre jugement. Son écriture toujours affutée le place à nouveau parmi les plus grands paroliers de notre chanson hexagonale. (Sony) spotify

Léonore Boulanger – Feigen Feigen

Léonore Boulanger – Feigen Feigen

Le propre des artistes, des grands, c’est que l’on reconnait immédiatement leur patte sans que pour autant jamais ils ne refassent le même disque. Si vous aimez l’aventure, la désorientation, la découverte de nouveaux champs lexicaux, ce disque de Léonore Boulanger est pour vous. Une œuvre de musique savante et inventive et au passage l’album le plus accessible de la dame. (La Saule) bandcamp

Maud Lübeck – Toi non plus

Maud Lübeck - Toi non plus

Des accidents de la vie, de la douleur, du deuil, de la séparation, naissent les grands disques. « Toi Non plus » , le témoignage de Maud Lübeck comme la rédaction du journal intime de l’échec d’un couple ne déroge pas à cette règle. Elle y décrit en entomologiste minutieuse et rigoureuse les parasites du quotidien qui viennent épuiser une relation humaine. Avec ce disque de Pop faussement sèche, elle confirme tout le bien que l’on pense et ce que l’on espère d’elle. (Finaliste) bandcamp

Séverin – Ça ira tu verras

Séverin – Ça ira tu verras

Dans le sillage de Mathieu Boogaerts, Bastien Lallemant ou encore Albin de La Simone, Séverin nous offre un amour d’album entre pop et variété, dans lequel il évoque la plupart des sentiments qui peuvent vous traverser dans une journée. Gravité, légèreté, humour ou nonchalance… Séverin est à l’aise dans tous les registres et nous entraine dans son petit monde jamais plat avec une facilité déconcertante. (Neon Napoleon) spotify

Facteur Sauvage – Shave your soul

Facteur Sauvage – Shave your soul

Prenez le Tom Waits période Black Rider, ajoutez-y des textes à tiroir, parfois en anglais, parfois en français avec un spoken word hanté, joignez-y une Afrique fantasmée, saupoudrez de velléités bruitistes quand elles ne sont pas carrément expérimentales. Vous obtiendrez un univers pour le moins singulier qui brouille les pistes. Soundcoud

Jean-Daniel Botta – Dévotion pour la petite chameau

Jean-Daniel Botta – Dévotion pour la petite chameau

Bien que sorti en janvier 2016, cet album sent l’été à plein nez, la nature verdoyante et les petits chemins de campagne où l’on aime aller se balader au son du chant des oiseaux. Et des oiseaux qui chantent, ça tombe bien, il y en a quelques uns dans Dévotion pour la petite chameau. Alors si vous n’avez pas encore ouvert cet album, aucun souci, sa date limite de péremption n’est pas pour tout de suite. (Le Saule) bandcamp

Textes : Greg Bod, Stéphane Monnot et Benoit Richard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *