Thundercat – Drunk

Derrière ses allures de disque foutraque et insaisissable, Drunk cache des titres d’une confort absolu où la virtuosité se pare d’une forme de douceur bienfaisante.

Thundercat – Drunk
Photo by Philip Cosores

L’écurie Brainfeeder est l’un des viviers musicaux les plus excitants de ces deniers années. Flying Lotus, Mono/Poly, Lapalux, Samiyam, Strangeloop, autant de noms qui, chacun à leur manière, ont apporté un peu de fraicheur à nos oreilles dans des genres très différents et qui ont confirmé que Brainfeeder était un laboratoire en perpétuelle mutation. Chef de fil de ce label avec Flying Lotus, Thundercat fait figure depuis 2011 de petit surdoué de la musique électro funk. Bassite, chanteur, producteur, Stephen Bruner nous emporte sur ce nouvel album dans un tourbillon de sonorités et d’émotions. Un album qui à la première écoute peut paraitre un poil roboratif, débordant d’énergie et d’idées mais qui, au fil des écoutes, si l’on prend le temps d’y revenir par instants, décantera tranquillement comme le grand cru qu’il est.

Thundercat – DrunkAvec 24 titres de toutes les tailles, avec des invités aussi prestigieux que Flying Lotus, Kamasi Washington, Kendrick Lamar, Wiz Khalifa, Pharrell Williams, Kenny Loggins et Michael McDonald, Drunk aurait pu être un album patchwork sans direction précise, un poil foutraque et vite soulant. Pourtant, malgré le joyeux bordel qui règne par moment dans cet assemblage, tout tient en place, rien ne bouge, les morceaux s’enchainent avec une  fluidité et une grâce incroyable. Car derrière cet apparent désordre et une forme d’excentricité évidente, se cachent des titres d’une rondeur appréciable (Walk On By) et d’une efficacité redoutable (Show You The Way), dont le groove (lent) ravit jusqu’au bout.

Plus que jamais digne héritier d’un Herbie Hancock, d’un Roy Ayers et d’un Lonnie Liston Smith, Thundercat se montre à la fois un virtuose et entertainer de première classe sur cet album ambitieux qui reste toujours ludique et léger. Un disque sérieux mais qui ne se prend jamais au sérieux, qui nous fera passer par des sentiments contrastés avant finalement qu’on ne l’embarrasse complément et qu’on en fasse notre doudou le plus doux de cet hiver 2017.

Thundercat – Drunk
Label : Brainfeeder
Sortie : 24 février 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *