Bird Box : encore une déception en provenance de Netflix !

Adaptation à l’écran d’un roman d’anticipation, Bird Box n’est pas la série B classieuse que l’on pouvait en attendre, malgré une tête d’affiche et un pitch alléchants.

Bird Box photo

C’est un peu tout pareil qu’Annihilation, finalement. C’est produit par Netflix, c’est tiré d’un roman d’anticipation (ici de Josh Malerman), ça raconte la presque fin du monde, c’est plein de flashbacks et c’est une grande actrice américaine qui tient le haut de l’affiche (Natalie Portman vs Sandra Bullock). Et c’est un peu tout pareil que Sans un bruit aussi. Il y a des créatures surnaturelles débarquées sur Terre par on ne sait quel stratagème, il y a l’humanité réduite à néant, il y a deux enfants à protéger et l’un des cinq sens sert d’axe scénaristique principal (l’ouïe vs la vue). Sauf que c’est carrément moins bien qu’Annihilation, mais c’est un poil mieux que Sans un bruit.

bird box afficheDes entités invisibles provoquent donc chez l’homme un état proche de la folie qui mène au suicide ; le monde se fout joyeusement en l’air après avoir croisé du regard quelque chose qui le pousse à en finir une bonne fois pour toute. De fait, les rescapés n’ont d’autre choix que de se barricader à l’intérieur des maisons et de porter des bandeaux sur les yeux dès qu’il s’agit d’aller à l’extérieur (surtout pour trouver à manger). Une grande partie du film, scindé en deux temporalités (passé et présent) et en deux actions autour du personnage de Malorie (la survie dans la maison et la recherche d’un hypothétique refuge), se révèle être un huis clos psychologique qui, sans être passionnant ni franchement original, mise d’abord sur les tensions et l’enfermement avant d’essayer à tout prix de nous faire peur ou de nous impressionner.

L’autre partie est une sorte de survival « nature et découvertes » où Malorie et ses enfants tentent de rejoindre le refuge en descendant une rivière pendant plusieurs jours. Ces deux parties s’imbriquent et se succèdent paresseusement (ce qui étonne de la part d’Eric Heisserer, scénariste de Premier contact où il avait su jouer magnifiquement avec différentes strates du temps), insufflant au film un rythme certes soutenu, mais ne cherchant jamais à dépasser une double linéarité tout ce qu’il y a d’ordinaire. Et au moins jusqu’à son dernier quart d’heure, Bird box pouvait prétendre au statut de série B classieuse (en étant large), de production Netflix plus qu’honorable (en étant gentil), mais ce dernier quart d’heure vient, avec sa fuite dans la forêt ridicule et son final gnangnan, saper le maigre capital sympathie que l’on pouvait éventuellement lui accorder.

Michaël Pigé

BIRD BOX
Film Américain de Susanne Bier
Avec Sandra Bullock, Trevante Rhodes, Sarah Paulson…
Genres Epouvante-horreur, Thriller
Durée : 1h 57min
Date de sortie 21 décembre 2018 sur Netflix

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Nathan Auberson Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Nathan Auberson
Invité
Nathan Auberson

Avec, certes une fin peu originale et clairement télescopée, je trouve votre commentaire relativement dur. Le suspens, est à mon avis, maintenu tout au long du film avec peu de longueur. Contrairement à la majorité des films catastrophes, les « créatures » ne sont pas d’immondes martiens baveux ou des robots futuristes ce qui laisse le spectateur se concentrer sur la physiologie des survivants. De la parte de netflix, je trouve que cela reste un bon film catastrophe survivaliste.
PS : je n’avais pas lu le livre avant de voir le film