My beautiful boy : black hole son

Pour son premier film outre-Atlantique, Felix Van Groeningen choisit le mélodrame familial tendance lourde que viennent magnifier les prestations de Steve Carell et Timothée Chalamet.

My beautiful boy : Photo Timothée Chalamet, Steve Carell

Nic le dit, il a en lui un trou noir à combler. Il a en lui un sentiment qu’il ne comprend pas et qui le pousse à vouloir échapper à la réalité… Pourtant tout lui sourit, une vie confortable, de brillantes études à l’université, des parents aimants mais qui ont divorcé alors qu’il était très jeune… Très jeune aussi, Nic a commencé à prendre de la drogue avant de devenir accro à la méthamphétamine. Et face à ça, David son père ne peut rien, se remet en cause, cherche à comprendre (il ira jusqu’à essayer un peu de coke pour en éprouver les effets), cherche à connaître, à appréhender la nature du mal qui ronge ainsi son fils, le place en centre de désintoxication, y croit, n’y croit plus, y croit encore pour ne plus y croire du tout…

My beautiful boy : AfficheInspiré des livres autobiographiques de David et Nic Sheff, My beautiful boy avait tout pour décourager d’avance : sujet grave et sociétal (la drogue, c’est moche), fortes poussées lacrymales et performance d’acteurs du genre une récompense sinon rien. Felix Van Groeningen, pour son premier film outre-Atlantique, choisit donc le mélodrame familial tendance lourde déjà abordé dans Alabama Monroe (un couple, l’amour, une petite fille, le cancer, beaucoup de sanglots). Et si My beautiful boy se complaît un peu trop souvent dans ces travers-là (les cinq dernières minutes en particulier), il sait offrir également d’autres instants plus simples qui n’abusent ni d’une bande-son appuyée ni d’images chichiteuses avec jolis rayons de soleil en plein l’objectif ou ambiance pub pour foyer idéal.

Il suffit par exemple d’une discussion anodine, puis plus personnelle, dans un café entre un fils sous emprise qui réclame un peu d’argent et un père désemparé, filmée en champ-contrechamp et sans musique, pour nous désarmer, nous toucher en plein cœur tant les mots et les émotions en jeu sont d’une puissance qui n’a besoin d’aucun artifice. Et puis il faut reconnaître que Steve Carell et Timothée Chalamet sont d’une justesse et d’une humanité rares (dommage en revanche pour la toujours épatante Maura Tierney qui, elle, hérite d’un personnage ingrat et peu développé). C’est grâce à eux que le film pourra éventuellement plaire et que l’on décidera ou non de faire l’impasse sur ses défauts ; à eux, et seulement grâce à eux.

Michaël Pigé

My beautiful boy
Film américain réalisé par Felix Van Groeningen
Avec Steve Carell, Timothée Chalamet, Maura Tierney…
Genre : Drame
Durée : 2h01min
Date de sortie : 6 février 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des