[Pour] Nomadland : le portrait sincère d’une Amérique qui vit sur les routes

Avec Nomadland, couronné de nombreuses récompenses avant sa sortie en salle, Chloé Zhao signe un film plein de tendresse et de sincérité, filmant au plus près ces hommes et femmes qui ont fait le choix d’une autre vie. Un film qui fait du bien.

Nomadland Photo Frances McDormand
© Searchlight Picture

La critique “contre” est à lire ici

On l’attendait de pied ferme ce film : Lion d’or à Venise, lauréat des Golden globes et récemment récompensé de trois Oscars ! La peur d’être déçu était grande face à cette avalanche de prix et de louanges lues et entendues depuis quelques semaines au sujet du 3e film de Chloé Zhao.
Après Les Chansons que mes frères m’ont apprises et le brillant The Rider sorti en 2017, la réalisatrice d’origine chinoise s’est intéressée une nouvelle fois aux laissés-pour-compte de l’Amérique, évoquant cette fois ces citoyens américains de plus en plus nombreux qui ont décidé pour des raisons multiples de vivre en toute liberté et sans contrainte sur la route, à bord d’un van, d’un camping-car ou d’une caravane.

Nomadland AfficheParmi ceux-ci, il y a Fern, une femme proche de l’âge de la retraite, sans ressource et qui n’arrive pas à faire le deuil de son mari – incarnée par Frances McDormand (également productrice du film), et qui sillonne les routes et de l’ouest américain. Un personnage complexe et passionnant qui va tisser au fil des jours des liens avec cette communauté de nomades un peu particuliers, mais aussi contraint à travailler comme intérimaire chez Amazon dans une cafétéria ou dans un camping pour pouvoir payer son essence et subvenir à ses besoins.

À travers ce film magnifique – inspiré par le livre enquête de Jessica Bruder sorti en 2017 (Nomadland : Surviving America in the Twenty- First Century) – , Chloé Zhao tisse le portrait bienveillant et tout en nuances d’une vaste communauté faite d’hommes et femmes vivant sur les routes d’Amérique et qui en ont fait de ce mode d’existence, pour ainsi dire, une philosophie de vie.

Grâce à une mise en scène brillante, dans des décors de “carte postale”, et avec des plans d’une grande beauté, on s’immerge très vite dans ce film, on se retrouve au cœur de cette communauté sans cesse, en mouvement, où l’entraide est de mise, où les gens sont bienveillants malgré les difficultés, avec des personnages souvent filmés au plus près, sans jamais tomber dans les bons sentiments et dans l’émotion facile… même si parfois Chloé Zhao à tendance à vouloir un peu trop soigner l’emballage.

Et derrière le message social et anticapitaliste – avec notamment une séquence où il est question de la crise de 2008 – , on découvre une aventure humaine bouleversante avec des passages même assez contemplatifs dans une sorte de road-movie philosophique, mélancolique sans  réels enjeux dramatiques dans un registre assez caractéristique d’un certain cinéma indépendant américain assez proche du documentaire et qui attache autant d’importance aux personnages qu’à leur environnement naturel.

Un film plein d’empathie, de générosité de fraternité qui évite toute forme de cynisme, porté par les notes de piano de Ludovic Enaudi. Un film qui fait du bien.

Benoit RICHARD

Nomadland
Film américain réalisé par Chloé Zhao
Avec Frances McDormand, David Strathairn, Linda May…
Genre : Drame
Durée : 1h48min
Date de sortie : 9 juin 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.