[Interview] Mogwai : “je nous vois comme un simple groupe de Rock…”

Parce que leur dernier album, As the Love Continues, a prouvé qu’ils savaient évoluer, et parce que leur passage à Pleyel a été un immense plaisir sonique, nous avons voulu converser rapidement avec Stuart Braithwaite, de Mogwai, et prendre de leurs nouvelles, entre deux concerts de leur tournée européenne…

Mogwai - 2021 001 - please credit Antony Crook
Photo : Antony Crook

Benzine : Votre dernier album, As the Love Continues est considéré au sein de notre petite équipe de fans comme l’un des meilleurs de votre longue carrière. Le penses-tu aussi ?

Stuart Braithwaite : Oui, je suis d’accord que c’est l’un de nos meilleurs, et nous aimons toujours beaucoup jouer les chansons sur scène. Je suppose que c’est comme pour la plupart des choses, vous vous améliorez avec l’âge ! (rires). Mais ça a été un grand voyage big de le faire, un voyage tout à fait, à cause de la situation : nous nous sommes très concentrés sur notre travail pendant le confinement, il est devenu important d’écrire ces chansons. Oui, ça l’a rendu assez spécial…

Benzine : Qu’est-ce qui permet à Mogwai de continuer après toutes ces années ?

Stuart : Eh bien, le moteur du groupe est que nous nous sentons chanceux de faire ce que nous faisons, c’est un privilège de vivre en faisant et en jouant de la musique. Il n’y a aucune raison de ne pas en profiter!

Benzine : D’où vient votre inspiration ?

Stuart : Cette fois, le moteur principal, c’était vraiment de créer des chansons, comme une sorte de refuge au milieu d’une situation très barbare. C’était encore plus important que d’habitude.

Benzine : Votre concert à Paris a été très impressionnant, et c’était agréable de vous voir jouer dans l’un des temples parisiens de la musique classique !

Stuart : C’était probablement ma soirée préférée de la tournée.  Cependant, quelqu’un m’a dit que la seule chose de bonne de ce concert était entre les chansons (rires).  Eh bien, il était probablement provocateur, j’aime bien ce genre de sens de l’humour, la provocation…

Benzine : Mais vois-tu la musique de Mogwai comme une version contemporaine de la musique classique ?

Stuart : Non, je ne vois pas notre musique comme de la musique classique, je nous vois comme un simple groupe de rock… même si j’avoue que nous écoutons des compositeurs classiques, comme Mahler, qui influencent ce que nous faisons…

Benzine : C’était bien à la fin du set d’entendre Ritchie Sacramento, avec des mots, et ça m’a fait penser que tu pourrais peut-être avoir une nouvelle carrière comme compositeur et chanteur de chansons plus traditionnelles… Est-ce que ce serait quelque chose que tu pourrais envisager ?

Stuart : Pas vraiment, je ne crois pas pouvoir trouver l’énergie en moi d’écrire autant de mots !

Mogwai Pleyel
Stuart Braithwaite sur la scène de la Salle Pleyel – Photo : Eric Debarnot

Benzine : C’était génial aussi de voir sur scène l’alchimie entre le groupe et le guitariste additionnel, Alex…

Stuart : Oui, Alex est beaucoup plus jeune, il a à peine plus de 20 ans… Mais je pense qu’il compose une musique similaire à la nôtre, ce qui lui permet de vraiment faire partie du groupe, et de nous apporter des éléments supplémentaires.

Benzine : Y a-t-il de nouveaux groupes qui sont apparus récemment que tu aimes, ou que tu considères comme construisant la prochaine évolution de la musique ?

Stuart : Je suis sûr qu’il y en a des centaines, comme par exemple bdrmm qui ouvraient pour nous.  Aussi Cloth, un groupe de Glasgow… et bien sûr tous les groupes de notre propre label.  Mais il y a certainement une nouvelle vague de musique en ce moment au Royaume-Uni, comme Dry Cleaning, Black Country New Road… Beaucoup de choses à écouter. Il est parfois plus facile de continuer à écouter de la vieille musique, mais alors vous devenez vieux…

Benzine: Quels sont vos plans, le cas échéant, pour vos prochaines étapes?

Stuart: Eh bien, pas de plans à ce stade, nous allons encore tourner  pendant un certain temps, pour le reste de l’année, et probablement au début de l’année prochaine. Nous essaierons d’aller dans différents pays, quand ils rouvriront.  Et puis nous penserons à l’avenir après…

Benzine : En parlant de l’avenir, que penses-tu de l’évolution de l’industrie de la musique ?

Stuart : Nous sommes dans une mauvaise situation, car le streaming ne crée pas assez d’argent pour que les musiciens puissent vivre de leur art, et le business exploite de plus en plus les musiciens. D’un autre côté, avec le streaming et Internet, c’est agréable d’avoir des gens qui vous écoutent partout dans le monde…

Benzine : Je dois enfin te demander ton opinion sur situation actuelle au Royaume-Uni, en particulier avec le Brexit ? Comment vois-tu l’Écosse évoluer au milieu de tout cela ?

Stuart : C’est simple, je soutiens l’indépendance écossaise, donc je crois que cela va arriver maintenant. Le Brexit est une chose terrible, nous n’avons pas voté pour, mais nous devons quand même affronter ses conséquences. La plupart des musiciens sont contre le Brexit, ils voyagent beaucoup, donc ils voient d’autres choses en dehors de leur pays.

Benzine : Merci, Stuart, j’espère qu’on te reverra bientôt sur scène en France !

Propos recueillis par Eric Debarnot

Mogwai viennent de sortir un nouveau morceau, Boltfor, accompagné par un nouveau clip.

Mogwai – As The Love Continues : un groupe sacré chez qui la magie opère encore