« L’Origine des larmes », de Jean-Paul Dubois : Passer entre les gouttes

Il pleut énormément dans L’Origine des larmes de Jean-Paul Dubois ! Mais l’humour de l’auteur permet d’éviter la noyade dans cet océan lacrymal bien sombre. Un roman qui parle de la solitude et instaure une fois encore un belle connivence avec le lecteur.

Jean-paul dubois
© Editions de l’Olivier – Ulrich Lebeuf

Sortez les bottes et les parapluies, il n’est question que de flotte dans le dernier roman de Jean-Paul Dubois. Risque de submersion. En 2031, il pleut sans discontinuer sur Toulouse depuis plusieurs mois. La Garonne est en crue qui l’eut cru ? Paul Sorensen vient de faire un aller-retour au Canada, non pas à cause de la météo, ni parce qu’il y a toujours une escale à l’érable pour Caribous mal lunés dans les romans du Goncourisé, mais pour rendre un dernier hommage à son défunt père, en… lui tirant deux balles dans la tête. Est-ce un crime de flinguer un cadavre ? Avis aux passionnés de la jurisprudence des prétoires de la pétoire.

L'Origine des larmes« Tu ne tueras point ton prochain ». Au Sinaï aïe, pas de trace après ce commandement d’un post scriptum du genre « …surtout s’il est déjà mort ». La justice est bien ennuyée pour qualifier l’acte et Paul Sorensen, fabricant de housses mortuaires de son état, est condamné à suivre une thérapie pendant un an auprès d’un psy qui a toujours la larme à l’œil.

Le roman décrit le contenu des séances mensuelles chez ce garagiste de l’inconscient et le récit fait l’étalage des névroses et traumatismes qui permettent de comprendre ce geste insensé. Le père, ordure non recyclable, escroc, manipulateur, égoïste a tout pour déplaire. Mauvais père, mauvais mari, mauvais associé, bon à rien, mauvais en tout.

L’humour de Dubois permet d’éviter la noyade dans cet océan lacrymal bien sombre et je n’ai pas eu besoin de sortir ma bouée Canard, anneau de natation que je porte pourtant avec beaucoup d’élégance.

Ce roman pluvieux, qui ravirait Evelyne Dhélia, toujours en dépression en l’absence de dépressions, draine en arrière-plan un thème cher à cet auteur, celui de la solitude qui m’a particulièrement ému. A travers son personnage en carence d’affectation, prêt à se bercer d’illusions en Scandinavie sur les traces d’un grand-père (ancien secrétaire général des Nations Unies), ou son attachement à un chien mystérieux sur les plages de la Côte Basque, le récit souligne que les racines infantiles du sentiment de solitude sont incolores mais qu’elles ne disparaissent pas avec les cheveux blancs. La solitude s’apprivoise mais le solitaire ne se laisse pas apprivoiser.

Comme souvent avec cet écrivain fataliste, j’ai vu que les avis étaient partagés sur ce roman qui n’a rien de pleurnichard. Pour ma part, je n’ai pas eu besoin de sortir les rames et j’apprécie toujours autant la forme de connivence que le style de Jean-Paul Dubois instaure avec le lecteur que je suis. Ses histoires, légères ou sombres, me parlent, ses personnages renfermés me sont familiers. Et puis étant Toulousain, je suis aussi forcément un peu chauvin. Livre offert par un rayon de soleil qui n’a pas la larme facile.

Olivier De Bouty

L’Origine des larmes
Roman de Jean-Paul Dubois
Editeur : L’Olivier
‎256 pages – 21€
Date de parution : 15 mars 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.