Sibyl de Justine Triet : trop de romanesque et pas assez d’émotion

Après la comédie Victoria auréolée d’un beau succès pour Justine Triet et sa comédienne Virginie Efira, le duo rempile sur un axe très net : ne pas reproduire la même formule.

Sibyl de Justine Triet
Sibyl : Virginie Efira – Copyright Les Films Pelléas

Si le portrait complexe d’une femme d’aujourd’hui est toujours de mise – comme dans Victoria – et qu’on passe de l’avocate à la psy, la tonalité va s’aggraver au profit d’un drame en mille-feuilles, explorant la psyché d’une analyste en progressive perte de ses moyens.
La première séquence, assez drôle, laissait pourtant entendre un retour de cette satire : le monologue d’un éditeur sur le marché de l’édition, les conditions de lecture des romans dans cette ère de l’instantané et la dictature des sujets malsains permet une satire efficace qui laisse sur le carreau, dès le premier plan, une femme qui voudrait simplement revenir à la fiction.

Sibyl de Justine TrietCet effarement va conduire toute la première partie qui joue sur deux dynamiques contradictoires : d’un côté, la profonde cérébralité du récit qui voit Sibyl en apparente pleine possession de ses moyens, trônant sur son fauteuil, solder les comptes avec ses patients pour passer de l’auditrice à l’autrice, sûre de son fait. Les plans sont cadrés avec précision, les mouvements de caméra d’une lenteur étudiée, la maîtrise des espaces ostentatoire. De l’autre, une fragmentation de plus en plus nette du montage au fil de souvenirs qui remontent progressivement et sont autant de cicatrices ajoutées à la figure parfaite d’une femme qui pense avoir le contrôle.

A partir du moment où la rencontre se fait avec le Margot (Adèle Exarchopoulos), l’excitation de voir se présenter un sujet enraye la machine. Sibyl enregistre, vampirise, et, dans un même mouvement, s’expose à ses propres blessures qui resurgissent sans prévenir, dans une logique de cuts étonnants, souvent très beaux plastiquement, dessinant un réseau complexe auquel le spectateur seul a droit. Cette ambiance à la fois glacée et déchirée par endroits, dans laquelle un jeu indicible de manipulation se met en place renvoie à certains films de François Ozon (comme l’Amant double), à la différence près que Justine Triet cherche à contrebalancer cette cérébralité par une chair réelle en la personne de Virginie Efira, filmée sous toutes ses coutures, et d’un éventail d’émotions, il faut bien le reconnaître, assez bluffant.

L’écheveau assez dense des failles (l’alcoolisme, l’amour perdu, la mère décédée, la sœur vaguement toxique, le rapport à la maternité) est un temps occulté par la partie centrale du récit, le tournage d’un film sur lequel Sibyl est appelée en soutien de sa patiente, comédienne ensablée dans un triangle amoureux qui pourrait compromettre toute la production. La manière dont chaque partie (la réalisatrice, jouée par Sandra Hüller qu’on prend beaucoup de plaisir à retrouver après son rôle mémorable dans Toni Erdmann, le comédien) approche la psy pour s’approprier son soutien fait basculer cette illusion du pouvoir, jusqu’à lui donner le rôle d’une doublure, voire de réaliser le film lui-même : la déstabilisation est riche, assez fascinante sur les liens qu’elle tisse entre fiction (les comédiens jouant des rôles), illusion (les mensonges et le narcissisme de Sibyl quant au caractère indispensable de sa présence) et réalité.

Dans cet environnement aussi enivrant que toxique se jouait déjà tout un film. Mais Justine Triet désire apparemment solder tous les comptes, et l’addition va être salée : alors que le personnage de Margot souffrait déjà d’une certaine grossièreté dans le traitement (condamnant Adèle Exarchopoulos à l’état de crise continu), le miroir obsessionnel entre les deux femmes contamine évidemment Sibyl qui sombre dans une folie trop soulignée (cette scène dans sa chambre où elle répète toutes les répliques flatteuses de Margot, par exemple) et amorce une descente qui n’avait pas besoin d’être aussi dramatisée (l’alcool, la coucherie, la révélation de celle-ci dans un vaudeville assez grotesque, etc. ) et qui ne sait pas conclure.

Il y avait des portraits, des façades, des paysages (Stromboli) et des non-dits, des flashs qui disaient avec finesse les enjeux du drame. Alors que le récit se conclut sur un succès qui n’en est pas un, laissant la part belle aux failles d’une femme qui ne peut composer avec toutes ses blessures, une sentence résume tout : « Ma vie est une fiction, je peux la réécrire comme je veux ». Il aurait été bien plus intéressant que Triet n’ait pas le même rapport avec son film, et pose sur son personnage un regard moins romanesque, et par conséquent, peut-être, plus émouvant.

Sergent Pepper

Sybil (2019)
Comédie dramatique française de Justine Triet
Avec Virginie Efira, Adèle Exarchopoulos, Gaspard Ulliel
Durée : 1h40
Date de sortie en salles : 24 mai 2019

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Devinan Laura Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Devinan Laura
Invité
Devinan Laura

Pour moi, le gros problème de ce film, au demeurant ennuyeux et répétitif, c’est la mauvaise qualité de jeu de Virginie Efira. Elle ne fait pas le poids. Comme disait Giraudoux : « C’est facile d’avoir l’air profond : il suffit de regarder devant soi sans penser à rien ! ». Efira montre ses limites de tragédienne. Dans 10 ans elle y arrivera peut-être, mais dans « Sybil », c’est catastrophique…