« Là où la terre ne vaut rien, » de Ted Conover : avec les laissés-pour-compte de l’Amérique

Durant près de cinq ans, le journaliste Ted Conover a partagé le quotidien d’hommes et de femmes vivant en marge de la société, sur le haut plateau de San Luis, dans le Colorado, Là où la terre ne vaut rien. Il raconte cette expérience de vie dans un récit fascinant !

ted-Conover
credit Margot Guralnick

Je dois bien avouer qu’avant d’ouvrir ce livre, le nom de Ted Conover m’était totalement inconnu. Pourtant, ce journaliste reporter est considéré comme une référence du journalisme d’infiltration aux États-Unis. Il est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels on trouve Au fil du rail (2016), un livre où il raconte la vie qu’il a partagée avec de sans-domicile itinérants, ou encore Newjack – Dans la peau d’un gardien de prison (2018), évoquant son passage à la prison de Sing-sing, en tant que gardien de prison.

La ola terre ne vaut rien couvCette fois, on retrouve Ted Conover dans la peau d’un bénévole pour une association venant en aide aux habitants et aux sans-abris, située dans la vallée de San Luis dans le Colorado. Une région dans laquelle viennent s’installer des gens qui ont décidé de vivre plus ou moins coupés du monde, et surtout avec très peu de moyens. La plupart adeptes du système D, vivant dans des caravanes ou des mobile homes installés sur des terrains immenses qu’ils ont achetés pour cinq mille dollars, parfois moins.

Ted Conover est parti à la rencontre de ces propriétaires terriens d’un genre un peu particulier, vivant des conditions très précaires, pour la plupart, en totale autonomie pour ce qui concerne l’eau, le chauffage et l’électricité. Pour cela, il a acheté lui-même un terrain avec une caravane, qu’il remplacera par la suite par un mobile home.

Durant près de cinq ans, il va rencontrer tous types de personnes : des bénévoles aguerris, des familles ou des êtres seuls, des survivalistes, des gens épris de liberté ou psychologiquement affaiblis, bon nombre de marginaux et de laissés-pour-compte de l’Amérique, pour certains addicts à la drogue ou à l’alcool, voire recherchés par la Police.

Au fil des pages, se dessine une galerie de personnages bien singuliers, avec lesquels il va faire un bout de chemin. Des gens pour la plupart attachants, vivant dans des conditions difficiles… car il faut préciser que la vallée de San Luis situé à 2000 m d’altitude. Un lieu fascinant, entouré de hautes montagnes, un immense haut plateau où les conditions météorologiques sont éprouvantes : l’hiver, il y fait très froid, et l’été la chaleur y est intenable, avec un vent qui souffle en permanence… Mais où pourtant des hommes et des femmes ont décidé de s’installer pour des raisons très diverses.

Ted Conover nous livre un récit fascinant avec un décor et des personnages dignes d’un film des frères Coen ou du film Nomadland (2022), adapté du récit de Jessica Bruder (2019) mais sans intrigue policière… bien que la mort et la violence y soient présents comme partout ailleurs.

Sans souci de style particulier, le livre tire sa force avant tout dans la manière qu’a Ted Conover de raconter son expérience avec beaucoup de simplicité et d’authenticité, avec un souci permanent du détail, à la fois dans la description des lieux mais aussi dans la psychologie des gens qu’il côtoie. On sent chez l’auteur une envie permanente de témoigner de la vie des autres, de partager leur quotidien sans jamais donner l’impression de se mettre au-dessus d’eux, pour essayer de comprendre ce qui a conduit tous ces marginaux à venir s’exiler dans cette vallée du bout du monde.

Là où la terre ne vaut rien
Récit de Ted Conover
Traduit de l’américain par Anatole Pons
Editions du sous-sol
336 pages – 23,50€
Date de publication :  2 février 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.