[Netflix] Perdons-nous dans le délicieux labyrinthe de « Mirage »

Qui aime les thrillers bien construits et les pièges vertigineux des boucles temporelles ne doit pas se priver du plaisir offert par Mirage, le dernier film du jeune et ambitieux scénariste catalan Oriol Paulo.

Adriana Ugarte – Copyright Netflix

S’il est une chose appréciable dans la politique de Netflix, c’est que le géant du streaming recrute de plus en plus ses jeunes réalisateurs au-delà du cercle restreint des pays anglo-saxons qui trustent les salles de cinéma dans le monde entier. Même si le choix de Netflix est de financer systématiquement le cinéma de « genre », et si les résultats sont à date des plus irréguliers, c’est un vrai plaisir que de pouvoir voir très vite de nouveaux films venant d’un peu partout. Ainsi en va-t-il de Durante la Tormenta (soit Pendant la tempête, ce qui est un titre beaucoup plus représentatif du film que l’anodin Mirage choisi pour la France), dernière réalisation du jeune scénariste – et de plus en plus souvent réalisateur – catalan Oriol Paulo, déjà repéré pour ses thrillers complexes et bien construits (les Yeux de Julia, l’Accusé).

Mirage, film de scénariste, donc, est avant tout entièrement dédié au plaisir d’entraîner son spectateur dans une intrigue multiple et retorse, qui superpose un thriller traditionnel – la disparition d’une femme dans la maison d’en face, aux échos hitchcockiens indéniables – et jeux de l’esprit sur la trame – classique mais toujours excitante – des boucles temporelles. Il est sans doute malheureux que Paulo ait préféré essayer de justifier lesdites boucles à travers un phénomène météorologique improbable, ce qui place d’emblée le spectateur devant la décision difficile de le suivre ou pas sur des bases aussi fragiles (évoquant un peu, pour ceux qui s’en souviennent, un Fréquence Interdite datant de 2000) : il faut ensuite un peu de temps pour se passionner à nouveau pour le film, qui devient heureusement beaucoup plus surprenant qu’on ne l’imaginait au début.

Car finalement, l’angoisse et la frustration éprouvées par l’héroïne du film propulsée dans une nouvelle réalité (un thème déjà épuisé par les écrivains de SF classique depuis les années 50, on se souvient par exemple de ce que le génial Richard Matheson savait faire de ce genre de vertige existentiel) se révèle l’aspect le plus faible de Mirage, et ce d’autant qu’Adriana Ugarte paraît le plus souvent en roue libre, ou tout au moins mal dirigée par un Paulo qui a dû consacrer plus de temps à peaufiner son script qu’à ses acteurs… Heureusement, l’intelligence de la double énigme que déroule patiemment le film, alimentée par un flux régulier de surprises malignes – et évitant le truc du « twist » désormais trop rebattu – nous absorbe de plus en plus : il est en particulier assez délicieux d’arriver à comprendre comment et pourquoi les deux temporalités ont divergé, sans même parler de la très belle conclusion romantique, qui offre aux protagonistes une alternative leur permettant résoudre tous les dilemmes et toutes les frustrations de leurs vies. C’est un happy end arraché il est vrai au prix de quelques (petites) invraisemblances, mais c’est une fin maline et généreuse, qui referme positivement un film qui s’apparenterait sinon à une simple accumulation de jeux de l’esprit, pour ne pas dire à une partie de Rubik’s Cube.

On ne peut que déplorer la mise en scène très anonyme de Paulo, qui reprend sans imagination les stéréotypes du cinéma populaire US, même si les références à un univers pavillonnaire américain typique de la SF et du fantastique des eighties (le Poltergeist de Tobe Hooper vient aussi à l’esprit…) sont clairement volontaires. On se réjouira cependant de la présence magnétique de Chino Darín, fils du grand Ricardo, qui n’a peut-être pas le talent de son père, mais dégage une belle présence. Une raison de plus de passer deux heures à se perdre dans ce labyrinthe délectable.

Eric Debarnot

Mirage (2018)
Thriller de science-fiction espagnol de Oriol Paulo
Avec Adriana Ugarte, Chino Darín, Javier Gutiérrez, Alvaro Monte
Durée : 2h08
Date de mise en ligne (Netflix) : 22 mars 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des